L'Ancienne-Lorette (Notre-Dame-de-l'Annonciation)

Paroisse: Notre-Dame-de-l'Annonciation
Municipalité: L'Ancienne-Lorette
MRC/Territoire équivalent: Québec
Diocèse: Québec
Adresse: 1625, rue Notre-Dame, L'Ancienne-Lorette
Coordonnées: 46.800129, -71.358796
Ouverture des registres: janvier 1676

Histoire:
Comté et diocèse de Québec. Les Jésuites y fondèrent d'abord une mission pour les sauvages en l'année 1673. Les registres de la paroisse s'ouvrent en l'année 1676. En 1697, les sauvages quittèrent cet endroit pour aller s'établir à la Jeune Lorette. Un curé réside à l'Ancienne-Lorette depuis 1698. Il est probable que c'est en cette dernière année qu'elle fut érigée canoniquement. Les limites en furent fixées par l'Ordonnance du 3 mars 1722. Voir «Edits et Ordonnances», vol. 1, page 446. Le territoire de cette paroisse comprend la seigneurie de Saint-Gabriel. Pour description, voir M. et P. de Deschamps, pages 469 et 1017. La municipalité de la paroisse de l'Ancienne-Lorette a été érigée en vertu de l'Acte 8 Vict. chap. 40, le 1er juillet 1845. Le village est situé à un mille et demi de la station de Lorette, sur le parcours du chemin de fer Pacifique Canadien. Le nom de Lorette a été donné à cette paroisse par le Père Chaumonot, jésuite, en 1673, quand il y fit bâtir une chapelle pour les sauvages hurons. Ayant été guéri d'une teigne dégoûtante à Lorette, en Italie, il avait conservé une grande dévotion à Notre-Dame de Lorette. C'est en reconnaissance de cette faveur qu'il fit bâtir la chapelle des sauvages sur le modèle de cette de Lorette, en Italie. Comme l'Annonciation a eu lieu dans la maison de Lorette, on jugea avec raison qu'il convenait de mettre la nouvelle chapelle sous le patronage de l'Annonciation. C'est lorsque les sauvages quittèrent Lorette, en 1697, que la paroisse prit le nom d'Ancienne-Lorette, ceux-ci ayant donné le nom de Jeune-Lorette à leur nouveau poste. Pop. 2,619. (Source: Magnan, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, 1925, p.56)