Saint-Joachim

Paroisse: Saint-Joachim
Municipalité: Saint-Joachim
MRC/Territoire équivalent: La Côte-de-Beaupré
Diocèse: Québec
Adresse: 164, rue de l'Église, Saint-Joachim
Coordonnées: 47.054613, -70.843764
Ouverture des registres: 12 janvier 1687

Histoire:
Comté de Montmorency. Diocèse de Québec. Desservi par les missionnaires de la Côte de Beaupré jusqu'en 1661. La paroisse eut ensuite des desservants jusqu'en 1668, date de la nomination du premier curé en titre. Les registres connus de la paroisse commencent en l'année 1687; mais il est permis de croire qu'on tenait des registres avant cette date, puisqu'il y avait un curé résidant en 1679. M. l'abbé G.A. Lemieux, curé actuel, nous écrit: «Le 6 octobre 1684, Mgr de Laval donna une somme pour la construction de l'église. Cette église fut bénite en 1686. En 1759, elle fut brûlée par les Anglais. Dès 1679, M. Louis Soumande, premier curé, avait sa résidence à Saint-Joachim où il dirigeait une école des Arts et Métiers». Érection canonique: 18 septembre 1721. Les limites de la paroisse furent fixées par l'Ordonnance du 3 mars 1722. Voir «Edits et Ordonnances», vol. 1, page 444. Le territoire de cette paroisse comprend une partie de la seigneurie de la côte de Beaupré, détaché de la paroisse Sainte-Anne-de-Beaupré. Pour description, voir M. et P. de Deschamps, pages 157 et 1044. La municipalité de la paroisse de Saint-Joachim a été érigée en vertu de l'Acte 8 Vict. chap. 40, le 1er juillet 1845. Le vilage est situé sur le parcours des chemins de fer Canadien National et «Quebec Railway, Light, Heat and Power Company». La paroisse fut mise sous le patronage de saint Joachim à cause de sa voisine, Sainte-Anne-de-Beaupré, car il était convenable de mettre l'époux à côté de la mère. Pop. 960. (Source: Magnan, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, 1925, p.484)