Labelle (La Nativité-de-Marie)

Paroisse: La Nativité-de-Marie
Municipalité: Labelle
MRC/Territoire équivalent: Les Laurentides
Diocèse: Mont-Laurier
Adresse: 29, rue du Couvent, Labelle
Coordonnées: 46.278206, -74.734908
Ouverture des registres: 23 novembre 1880

Histoire

Comté de Labelle. Diocèse de Mont-Laurier. Cette paroisse a été fondée en 1878. Elle fut desservie par voie de mission de 1878 à 1887, date de la nomination du premier curé résidant. Les registres de la paroisse s’ouvrent en l’année 1880. Érection canonique: 27 novembre 1901. Érection civile: 26 mars 1902, en vertu de l’Acte 2 Ed. VII, chap. 94. Le territoire de cette paroisse comprend le canton de Joly et une partie des cantons de Marchand et de La Minerve. La municipalité du canton de Joly a été érigée le 1er janvier 1883, en vertu du Code municipal. Pour description, voir M. et P. de Deschamps, page 35. La municipalité du village de Labelle, détachée du canton de Joly, a été érigée le 28 mai 1902. Voir Gazette Officielle de 1902, page 1128. La municipalité du Lac-Tremblant-Nord, détachée du canton de Joly, a été érigée le 5 mars 1915, en vertu de l’Acte 5 Geo. V, chap. 112. L’église est construite sur le lot 26 du rang H du canton de Joly, non loin de la «Chute-aux-Iroquois», sur la rivière Rouge, et sur le parcours du chemin de fer Pacifique Canadien. Le nom du comté, comme celui de la paroisse, rappellent la mémoire de feu Mgr Labelle, ancien curé de Saint-Jérôme, qui a ouvert le nord de Montréal à la colonisation. La paroisse portait autrefois le nom de «Chute-aux-Iroquois», mais après la mort de Mgr Labelle, on donna son nom au village et au bureau de poste. Ce nom s’est étendu au comté de Labelle en vertu de l’Acte 2 Geo. V, chap. 9, paragraphe 8, sanctionné le 3 avril 1912. Le lac Tremblant, qui a donné son nom à la municipalité de ce nom, est situé dans le canton de Joly. Il doit son nom à une montagne au pied de laquelle il déploie sa belle nappe d’eau. D’après une croyance des sauvages, des bruits sourds, à la base de cette montagne, se faisaient entendre, autrefois, et la montagne semblait trembler; d’où le nom de «montagne tremblante», qui s’est étendu au lac. Pop. 1,200. (Source: Magnan, Hormisdas, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, 1925, p.55)